Les lauréats

Prix Handi-Livres 2012


Meilleur Roman

Le silence des rives
Roger JUDENNE
Editions De Borée

Autour d’elle, un silence épais a remplacé le vacarme assourdissant des obus allemands et des cris de panique. Toinette lance alors un appel au ciel : « Papou ! Papou ! » Mais Papou est resté sur l’autre rive, inatteignable à cause du pont rompu. Sans rien saisir au tragique de la situation, Toinette s’accroche au couple qui vient de lui sauver la vie. Mais dans le tumulte du bombardement, celui-ci ne s’est pas aperçu que la petite était trisomique…








Cliquez ici pour en savoir plus sur l'auteur
Roger Judenne est né dans une famille d’origine rurale. Son enfance se déroule au contact de la nature et des paysages de la Beauce. Devenu instituteur, il s’adonne à l’écriture, alternant avec bonheur romans du terroir et romans pour la jeunesse. Le Silence des rives est son sixième roman publié aux éditions De Borée.





Meilleur Biographie

Nous au singulier
Françoise VITTORI
Association Autour des Williams
Nous au Singulier nous fait découvrir et partager le quotidien d'une famille confrontée au handicap d'un enfant atteint du syndrome de Williams et Beuren, maladie génétique rare et orpheline, caractérisée par un retard mental et une malformation cardiaque
En faisant de sa fille partie trop tôt la narratrice de ce touchant témoignage, Francoise Vittori lui donne la parole de l'adulte qu'elle aurait du devenir. Ainsi vues d'en haut, les grandes étapes de la vie de cette famille unie dans le drame et le combat sont décrites avec suspens et poésie
Le petit Zébulon, charmant et déroutant réussit à rassembler les siens, pourtant meurtris par le chagrin, dans un univers joyeux, tendre et insouciant
Nous au Singulier aborde avec recul et sans pathos les difficultés de la vie quotidienne avec un enfant différent : l'enchevêtrement des formalités administratives, les rendez vous pathétiques avec des médecins souvent maladroits et le parcours du combattant que représente la scolarisation

Le 1er octobre 2012, Françoise Vittori a reçu à la Bibliothèque nationale de France le Prix Handi-Livre de la meilleure biographie pour « Nous au singulier ». Ce livre conjugue rires et larmes pour des émotions plurielles qu’elle partage avec nous.

Mutuelle Intégrance : Comment est né ce livre ?
Françoise Vittori : J’ai voulu raconter l’histoire de notre famille, de Zébulon un petit garçon atteint du syndrome de Williams et pourtant tellement doué pour le bonheur ! J’ai aussi voulu faire de ma fille aînée –décédée avant de connaître son petit frère- la narratrice du quotidien de cette famille fragilisée mais solidaire.

MI : Quel est le message que vous souhaitez faire passer à travers ce livre ?
FV : Malgré les difficultés et les malheurs qui ont bouleversé notre famille, nous sommes des gens heureux ! A une époque où on parle souvent du « vivre ensemble », il suffit de suivre Zébulon et on sait quel chemin prendre car lui ne sait pas vivre en dehors du monde !

MI : Que représente pour vous cette victoire au Prix Handi-Livre ?
FV : C’est un grand bonheur ! C’est aussi la victoire de l’association Autour des Williams qui m’a encouragée et sans qui je n’aurais pas édité ce livre. Grâce à ce Prix, j’espère mieux faire connaître le syndrome de William et contribuer à lever les barrières notamment pour l’intégration scolaire des enfants handicapés.

Touts les bénéfices de la vente de ce livre seront reversés à l’associations Autour des Williams. Plus d’informations sur www.autourdeswilliams.org


Cliquez ici pour en savoir plus sur l'auteur
Née en 1965, mariée à 20 ans, Françoise VITTORI est l'heureuse maman de deux filles et de deux garçons. Après avoir remporté plusieurs prix de poésie, elle a publié trois recueils de poèmes : Attrape-moi le ciel, Clair-obscur et A comme amour
L'accueil qu'ils ont reçu, les échanges qui ont suivi l'ont encouragé à écrire Nous au singulier.





Meilleur Guide

Infirmité motrice et cérébrale : le guide
Ouvrage collectif
Association des paralysés de France
Ce guide pratique suit le parcours de la personne atteinte d’IMC en abordant des aspects importants de la vie : santé, autonomie, relations et loisirs. Pour chacun de ces aspects, il met en évidence les principales interrogations de la personne et de ses proches et y apporte des réponses dont l’une est essentielle : l’Infirmité Motrice Cérébrale n’est en aucun cas un handicap mental. Plus de trente professionnels (chirurgiens, médecins, psychologues, ergothérapeutes…) et autant de témoins se sont mobilisés pour mettre à disposition leur expertise.


Cliquez ici pour en savoir plus sur l'auteur
Le guide pratique IMC a été conçu par un collectif de journalistes issus de façon plus ou moins éloignée du domaine de la santé :
- Adélaïde Robert-Géraudel (approche médicale)
- Victoire N’Sondé (vie autonome)
- Raphaëlle Maruchitch (vie affective et sexuelle)
- Olivier Clot-Faybesse (approche médicale : suivi de l’adulte, éducation thérapeutique, épilepsie et facteur E)
- Pascal Stefani et Hugo Lebrun (les sports, les loisirs et les vacances)

A cela s’ajoute l’expertise professionnelle, les témoignages et les autres collaborations de nombreuses personnes citées en fin d’ouvrage.





Meilleur Livre Adapté

Salomon et la reine de Saba
Ecrit et dit par Catherine ZARCATE
Oui'Dire Editions
C’est la Huppe, animal qui trouve l’eau sous les sables du désert, qui découvrit cette femme « belle à en perdre la vue » et en parla à Salomon...
En une caravane d’une longueur époustouflante, elle traverse trois déserts pour le rejoindre. En route, les bédouins lui content la sagesse et les ruses du grand roi, sa justice cosmique, ses luttes contre les génies et autres forces obscures. Leur rencontre est le choc de deux montagnes, où se mêlent l’amour, la splendeur, l’humour et la sagesse.

Cliquez ici pour en savoir plus sur l'auteur
Catherine Zarcate, conteuse, aime écouter le silence que les gens font ensemble quand elle conte. Cette respiration du public, cet apaisement, cette manière de s’installer comme pour longtemps, fondent sa joie. Conteuse-née, comme on dit, elle n’a pas eu à se former à l’art du conteur. Elle a axé ses propres recherches artistiques autour du travail vocal, de l’énergie de la parole, du mouvement, et s’est formée auprès de danseurs et chanteurs.





Meilleur Livre Jeunesse

Le coeur en braille
Pascal RUTER
Editions Didier Jeunesse
Jusque là, pour Victor, une année scolaire c’est du saut à l’élastique sans l’élastique. Ce qu’il préfère ? Écouter les Rolling Stones, se gaver de loukoums avec son copain Haïçam, parler mécanique avec son drôle de père… Quand il ne s’amuse pas à planquer le PQ des toilettes des filles, il essaie d’échapper aux punitions qui pleuvent sur lui comme la foudre sur le paratonnerre. Mais lorsque Marie-José, génie absolue, déboule dans sa vie un beau jour de contrôle de math, c’est tout son univers qui implose… Pourquoi soudainement cette première de la classe, violoncelliste de talent, va-t-elle avoir besoin de lui ? Une amitié étrange va naître entre ces deux ados que tout oppose… Vont-ils pouvoir cacher le secret de Marie-José jusqu’au bout ?

Cliquez ici pour en savoir plus sur l'auteur
Pascal Ruter est né en 1966, dans la banlieue sud de Paris. Depuis qu’il a découvert l’oeuvre de Gustave Flaubert, il considère que s’il a des yeux, c’est pour lire, et deux mains (surtout la droite) pour écrire. Il ne voit d’ailleurs pas bien ce qu’il peut y avoir de plus intéressant à faire que de disposer des mots sur une page. À l’extrême rigueur, il accepte de regarder des films comme ceux de Charlie Chaplin, de Buster Keaton, de Jacques Tati ou de quelques autres.





Prix spécial du jury

Act
Denis DARZACQ
Editions Actes Sud
Cette nouvelle série de Denis Darzacq fera date. Si elle poursuit la réflexion que le photographe conduit depuis une vingtaine d’années (« Ensembles », « Chute », « Hyper ») à propos des questions touchant aux cultures urbaines ou à la place des corps dans l’espace de la cité, elle se confronte ici à une réalité distincte en s’attachant spécifiquement à des êtres en situation de handicaps. Acteurs, sportifs, danseurs, les hommes et les femmes que Denis Darzacq a rencontré dans différents pays, et dont il s’est fait le complice, agissent, jouent, « prennent position » dans des lieux et des espaces qui échappent aux représentations conventionnelles d’eux-mêmes que nos sociétés peinent à briser. Comme si enfin la photographie était parvenue à donner un sens et une forme neufs à l’injonction compassionnelle : « porter un autre regard sur le handicap »…


Cliquez ici pour en savoir plus sur l'auteur
Depuis une vingtaine d’années, Denis Darzacq, photographe français né à Paris en 1961, membre de l’agence vu’, construit une oeuvre dont la cohérence subtile et inquiète ne cesse de s’affirmer à travers différentes séries : Ensembles, Bobigny centre ville (avec Marie Desplechin, Actes Sud, 2006), Nu, La chute, Hyper. Originellement issu du photoreportage, Denis Darzacq, que semble tarauder l’obsédante question du vivre ensemble, dresse patiemment une véritable fresque des nouvelles réalités urbaines et, plus encore, des problématiques liées à l’appréhension des territoires de la cité par les foules, les groupes ou les individus isolés. Guidé par une extrême curiosité, il part, à la manière d’un arpenteur des villes et de leur périphérie, à la rencontre d’univers ou de tribus, qu’il connaît peu ou mal, mais auxquels le relie une forme personnelle de proximité, et dont il tente de percevoir puis de traduire plastiquement la dimension poétique ou seulement singulière. Une quête qui se double d’une attention extrême portée aux différents modes d’inscription des corps dans l’espace citadin. Renonçant à s’appuyer sur les conventions de la représentation du réel, Denis Darzacq invente pour chacune de ses “rencontres” une forme spécifique de mise en scène, un regard photographique particulier, qui révèle en creux ce que le seul reportage peine souvent à traduire : des codes, des rêves, des non-dits, qui affirment la présence de chaque un dans la multitude.